Tsuboniwa École d'Aikido | 坪庭 合氣道 流

Adresse Dojo

37 rue Léo Lagrange

93130 Noisy Le Sec

Philosophie


MISOGI 禊 (Purification, ablutions shintō)

Morihei Ueshiba disait de l’aikido qu’il est misogi.

Rite très important du Shintō (comme de beaucoup d’autres religions), la cérémonie de purification (misogi-harai) précède et accompagne les exercices permettant la transformation du moi intérieur pour aboutir à la pacification, à l’apaisement de l’âme (mitama shizume, chin kōn).

Au sens strict, misogi est un procédé consistant à rejeter du corps et de l’esprit le péché et la pollution par l’usage de l’eau, généralement dans un cours d’eau ou dans la mer. Le sel est également utilisé pour la purification. Au sens large, misogi englobe tout le processus de la discipline spirituelle et pas seulement les pratiques destinées à rejeter les impuretés et à purifier le corps et l’esprit.

Harai (ou barai) désigne les cérémonies Shintō de purification, la prière aux Kami qui écartent péchés, pollution et désastres, et permet le retour à un état dans lequel on peut s’approcher des Kami en purifiant son corps et son esprit.

Misogi-harai comporte quatre stades différents, chacun comprenant yoshi-barai et ashi-barai, purification du bien et purification du mal.

Le premier stade est le misogi-harai du corps. On doit se débarrasser de la saleté extérieure par un bain, des toxines intérieures en purifiant les intestins et le sang, ajuster son alimentation et son sommeil, assujettir son corps à une règle par des mouvements qui lui confèrent la divinité, et purifier son corps astral.

Le second stade est le misogi-harai du cœur dans le quel on s’engage dans une vie purifiée isolée de la vie mentale impure en s’efforçant d’installer en soi-même les concepts de la vie, de l’âme, de l’univers et de la Divinité, afin de réaliser la vie fondamentale par la paix, la tranquillité, la tolérance et la placidité. On doit pratiquer l’unité mentale que ne peut affecter l’impureté et s’élever purifié à une conscience plus haute et plus vaste.

Le troisième stade est le misogi-harai du milieu. On doit nettoyer le milieu où l’on vit, s’abstenir de paroles sombres et décourageantes et n’employer que des paroles lumineuses, éviter les conversations inutiles et s’efforcer d’apaiser son âme, servir et secourir autrui et aider soi-même et autrui à manifester une plus grande dévotion envers les Kami.

Enfin, il y a le misogi-harai de l’âme dans lequel il y a unification purifiée de l’âme, purification par l’âme sainte qui répand la lumière comme le soleil et ascension dans le monde aux dimensions plus hautes et plus vastes.

Après quoi vient le chin-kōn (apaisement de l’âme).

D’après Jean Herbert, « Aux Sources du Japon, le Shintō » Albin Michel 1964