Tsuboniwa École d'Aikido — 坪庭 合氣道 流

Adresse Dojo

37 rue Léo Lagrange

93130 Noisy Le Sec

Biographie


UESHIBA Morihei 植芝 盛平(うえしば もりへい、1883年12月14日 – 1969年4月26日) (également Tsunemori et Moritaka) 14 décembre 1883 – 26 avril 1969.

O Sensei Ueshiba Morihei

Il existe d’excellentes biographies exhaustives de la vie du fondateur, notamment celle de son fils Kisshomaru, parue sous forme d’articles dans AikidoJournal (j’ignore si elle a été éditée en librairie), ou celle de John Stevens « Invincible Guerrier ». La présente biographie s’intéresse essentiellement à l’aspect « budo » de la vie du fondateur. Fils de Yoroku et Yuki Ueshiba. Fondateur de l’aikido. Né à Tanabe dans la province de Kii (aujourd’hui Préfecture de Wakayama). On sait avec certitude que Morihei Ueshiba a étudié les arts martiaux suivants : Tenjin Shin’yo-Ryu jujutsu avec Tokusaburo Tozawa pendant une brève période en 1901 à Tokyo ; Goto-Ha Yagyu Shingan-Ryu avec Masakatsu Nakai de 1903 à 1908 à Sakai près d’Osaka ; Judo avec Kiyoichi Takagi vers 1911 à Tanabe ; Daito-Ryu jujutsu avec Sokaku Takeda à partir de 1915 à Hokkaido.

Sokaku Takeda

Les apparitions suivantes du nom d’Ueshiba dans l’Eimeiroku et le Shareiroku de Sokaku Takeda ont été attestées : 5, 19 mars, 4 avril 1915 ; 6, 16, 26 février et 8 mars 1916, à Hokkaido. Les inscriptions pour Ayabe sont : du 28 avril au 11 mai, du 1er au 10 juin, du 11 au 19 juin, du 1er au 10 juillet et du 15 au 24 août 1922. Une inscription générale pour la période d’instruction de 1922 ci-dessus, datée du 28 avril au 15 septembre est également enregistrée. Enfin, pour Tokyo, du 29 mars au 7 avril 1931. Les dates ci-dessus font référence à des séminaires de 10 jours auxquels Ueshiba a participé. Il semble probable qu’Ueshiba ait pris part à d’autres séminaires enseignés par Takeda. Bien que les détails ne soient pas connus, Ueshiba a accompagné son professeur comme assistant quand il vivait à Hokkaido. En outre, il a reçu de Takeda un rouleau de transmission du sabre Shinkage-Ryu pendant son dernier séjour en 1922 à Ayabe. Ueshiba fut un des élèves les plus distingués par Sokaku et reçut les rouleaux Daito-Ryu suivants : Hiden Mokuroku, Hiden Ogi et Goshin’yo no Te. Son association directe avec cette école a été attestée de 1915 à 1937.

Dernière section du rouleau Hiden Mokuroku présenté à Minoru Mochizuki par Morihei Ueshiba

Ueshiba a aussi observé l’enseignement de Kashima Shinto-Ryu de trois enseignants principaux de cette école qui ont enseigné pendant deux ou trois ans à partir de 1937 à son invitation au Kobukan dojo de Tokyo. Il a peut-être aussi été influencé par le sabre de Yagyu Shinkage-Ryu du fait que Kosaburo Gejo était un de ses élèves dans les années 1920-30 au Kobukan dojo. En dépit de quelques sources qui suggèrent autrement, il est assez évident que la principale influence technique de l’aikido ce sont les techniques de la Daito-Ryu de Sokaku Takeda. Ueshiba a reçu son certificat Kyoju Dairi de cet art le 15 septembre 1922. Le fondateur de l’aikido fut aussi influencé philosophiquement et religieusement par la religion Omoto, en particulier, la pensée du révérend Onisaburo Deguchi. Son implication avec cette religion a commencé en décembre 1919.

Onisaburo Deguchi

Ueshiba vécut à Ayabe de 1920 à 1927 et fut un actif partisan d’Omoto et proche soutien de Deguchi. Il accompagna le leader d’Omoto en 1924 pour un voyage malheureux en Mandchourie et Mongolie dans une tentative d’établir une colonie utopique. Sur les recommandations de plusieurs officiers militaires de haut rang, notamment l’Amiral Isamu Takeshita, Ueshiba s’installa à Tokyo en 1927 et enseigna dans plusieurs endroits avant de créer le Kobukan Dojo en 1931. Ce dojo fut le centre de ses activités durant les 11 années suivantes où il fut extrêmement actif comme enseignant de Daito-ryu Aikijujutsu. Il se sépara progressivement de Sokaku Takeda et commença à appeler son art Aiki Budo. À la fin des années 1930, le fondateur fit aussi plusieurs voyages en Mandchourie où il dirigea des séminaires et donna des démonstrations. Peu après le déclenchement de la Deuxième Guerre Mondiale, il se démit de ses postes d’enseignant à Tokyo, qui incluaient plusieurs écoles militaires, et se retira à Iwama. Pendant et immédiatement après la guerre, Ueshiba resta à Iwama et se consacra à un entraînement intensif, à la méditation et à l’agriculture. Il déclara à plusieurs reprises que c’est à Iwama qu’il a perfectionné l’aikido moderne. Au milieu des années 1950, le fondateur commença à passer un temps considérable à Tokyo et voyagea aussi dans une certaine mesure, souvent dans la région du Kansai. Ueshiba reçu la médaille d’honneur à ruban pourpre du gouvernement japonais en 1960. En 1961, accompagné par Koichi Tohei et Nobuyoshi Tamura, il se rendit à Hawaï pour participer à l’inauguration de l’Aikikai d’Honolulu. Ses dernières années se passèrent essentiellement à Tokyo où sa santé devint progressivement fragile. Néanmoins, il continua à enseigner jusqu’au début de février 1969, jusqu’à ce qu’il tombe malade et soit admis à l’hôpital Universitaire Keio. Il fut autorisé à rentrer chez lui où il mourut d’un cancer du foie le 26 avril 1969. Il reçut à titre posthume le nom Bouddhiste de Aiki-in Seibu Enyu Daidoshi. Ueshiba enseigna à des dizaines de milliers d’élèves durant sa carrière d’enseignant qui a couvert quelques 50 années. Il est célèbre pour sa vision éthique et humaniste des arts martiaux qui contient le concept de non-conflit, plutôt que la défaite d’un adversaire, comme idéal.